Trois questions…

Ce matin j’ai reçu un courriel avec ces trois questions: (version originale en anglais ici)

1) Parmi ce qui doit être fait dans votre vie – travail, maison, créativité – lequel faites vous le mieux?

2) À quel endroit – dans votre maison, votre travail, votre ville – vous sentez vous le plus en paix et/ou inspirée?

3) Que faites vous qui vous irrite profondément et comment pouvez-vous l’éliminer progressivement?

Je les ai lues d’un trait, en sentant qu’elles m’étaient importantes.  Ma première réaction a été de sauvegarder ce courriel pour y revenir plus tard et là, je me suis dit Wow ma belle, on y répond maintenant.  Ok.  Maintenant.
Je relis donc la première.  Incapable d’y répondre de façon satisfaisante. Tout ce qui me monte est que présentement, je survole plusieurs sphères de ma vie sans en approfondir aucune.  Pas cool comme feeling.
Je passe à la deuxième.  Un petit vote pour une partie de la forêt qui est près de chez-moi mais sans grand feeling en moi…  Décidément, je commence à sentir une tristesse s’installer.
Troisième question.  Mon cerveau adopte d’abord la tactique de geler et de ne même pas essayer d’y répondre.  Je prend une pause et y reviens après quelques minutes.  Et là, ça m’apparait évident.  Ce qui m’irrite profondément?  Mon espèce de pattern d’essayer de vivre une vie tiède.  C’est sûr qu’il y a des avantages à avoir une vie tiède.  Pas de danger de brûlures ou d’engelures…  Mais je sais bien que mon essence même est tout sauf tiède.  Je ré-entend les mots qu’une dame m’avait dit il y a quelques années: « Tu es tout sauf tiède.  Arrêtes d’essayer de vivre une vie moyenne.  Vis à la hauteur de la passion qui est en toi. »  Ouin.  Je regarde comment je meuble mes journées et, même si je roule jusqu’à m’en étourdir dans mon rôle de maman, de blogueuse, de ménagère, je constate facilement que c’est sécurisant pour moi cette façon de passer des journées….  Sécurisant mais éteignant…  Ok.  Constat fait.  Et maintenant, deuxième partie de la question, comment est-ce que je peux éliminer progressivement ce gel éteignant?  Hum… c’est évident, en ravivant ma flamme un peu plus à chaque jour!  D’ailleurs, écrire cet article de blog fait partie de la réponse.
Si j’attends que tous les « à faire » sur ma liste de responsabilités soient faits avant d’ouvrir la porte à mon Essence, je finirai mes jours en me disant que je suis passé à côté de moi-même….
Et ça, je ne le veux pas.
J’ai le goût de créer, de peindre, d’écrire, de partager et de guider.
Je choisis d’être responsable de créer des plages de temps et des lieux facilitants.  Dès maintenant.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *