Une autre fête des mères

Ma vingt-cinquième!!!!!

25 ans depuis que ma première fille est née.  Cette première de quatre enfants qui m’a choisie comme véhicule d’incarnation et comme accompagnatrice de vie.

Quelle aventure!!!

fete-des-meres-la-deesse-joyeuse

Règles générales, la majorité des mamans essaient de faire de leur mieux et tissent leurs liens avec ce qu’elles croient être le mieux pour chacun de leurs enfants. Et avec notre degré personnel d’ouverture, on tisse en observant les caractéristiques propres à chacun de nos enfants, tissant parfois plus serré, parfois avec un peu plus de jeu lorsqu’on sent que c’est ce qui nous semble le mieux. Et alors qu’on tisse, notre enfant lui aussi place les fils de sa vie bien à lui. Il aura besoin de notre soutien, de notre amour, de notre guidance. Il aura aussi besoin qu’on ait le courage de lui laisser la liberté de devenir ce qu’il est vraiment.

Parfois ça sera facile. Parfois on a l’impression que ces liens sont tissés avec les cheveux qu’on s’arrache à l’occasion!

Et du premier sourire au premier gazouillement, du premier mot au premier pas, de la première égratignure aux plus grandes blessures, nous sommes là. Même lorsque physiquement nous ne pouvons y être, nous sommes quand même là.

Et pour moi, pour mon coeur de mère-ours-louve, la plus grande fierté que j’ai, les moments où j’ai envie de me faire un « high five » pour une job bien faite, c’est quand je les vois, petit à petit, marcher leur chemin, devenir de plus en plus autonomes, de plus en plus libres d’être qui ils sont. Je les admire dans leurs forces. Je les admire aussi dans leur vulnérabilité.

Dans leur humanitude.

Je les aime.

Inconditionnellement.

Et j’espère qu’ils savent profondément tous les quatre que je serai toujours là pour eux, peu importe l’âge et la distance physique.

Pour la fête des mères, j’avais le goût de me dire combien j’ai été courageuse. De me féliciter et aussi de me faire un gigantesque hug. J’ai envie de me soutenir et de prendre soin de moi.  J’ai eu 51 ans cette année.  C’est donc dire qu’à ce jour, la moitié de ma vie a été en grande majorité consacrée à mes poussins.  Et avec le plus jeune qui n’a que 11 ans, ce n’est pas fini!

J’ai aussi envie de remercier ma 25, ma 21, ma 15 et mon 11 d’être les enfants merveilleux qu’ils sont tous et chacun. Mon aînée m’a permis de devenir une mère pour la première fois, concrétisant ainsi un rêve que je caressais depuis que j’étais toute petite petite petite.

Et en plus de me faire devenir mère, chacun et chacune d’entre eux m’ont aidé, de par leur essence et leur présence, à fissurer mes résistances, à prendre encore et encore mon expansion. Pour eux je remuerais ciel et terre. Pour eux et avec eux je me nettoie de mes croyances désuètes, des morceaux d’héritage inutiles. Pour eux et avec eux, je prend contact avec ma force et mon courage de MamaBear et de maman-louve. (MamaBear pour mes plus vieilles et maman-louve qui a émergé un peu plus tard, avec mes deux plus jeunes!)

Merci aussi à ma mère, à mes grand-mères et à toutes mes ancêtres qui veillent et m’inspirent.

Merci!

coeur-la-deesse-joyeuse
Mariepierre

Fort McMurray et autres conséquences 3 de 3

Si vous n’avez pas lu les deux premiers billets de cette série, vous pouvez les trouver en suivant ces liens et ainsi profiter de la suite logique de cette trilogie que j’ai nommée Fort McMurray et autres conséquences.

Dans le premier, je vous présente une photo qui m’a profondément touchée et qui a été le déclencheur de cette série, tandis que dans le deuxième, je vous partage un conte afin de mettre la table pour ce troisième billet.  Nous y voici donc.

Partie 3 de 3.

Je finissais l’article d’hier en nommant que la majorité majorité d’entre-nous sommes les pires locataires que la Terre peut avoir et que si elle prenait son rôle de propriétaire au sérieux nous aurions probablement déjà été expulsés.

Au canada, nous avons la garde et la RESPONSABILITÉ d’un exceptionnel territoire rempli de forêts, de lacs et de grands étendus sauvages.

2341763375_f4ac9c7244_bI
Crédit photo: Jean-Guy Dallaire on Flickr

Qu’en faisons-nous?  Nous le prenons pour acquis.  Nous le considérons uniquement comme une possession que nous pouvons utiliser comme bon nous semble.  Bois, pétrole, minerais, territoire de chasse sportive.  Voilà comment nous le voyons.

J’aime bien comment l’écrivain Bernard Werber parle de la Terre dans sa trilogie Troisième humanité:

« La meilleure manière de faire comprendre une autre écologie serait d’imaginer une communication directe avec ce sur lequel nous marchons. Nous aurions ainsi enfin accès à ce que pense la Terre des hommes qui la saupoudre. Pour elle nous sommes une espèce jeune, envahissante, dépourvue de système d’auto régulation mais avec d’immenses potentiels dus à la maîtrise des technologies notamment de communication et de voyage dans l’espace.
Elle croit en nous. Elle espère beaucoup de nous. A sa manière elle nous aime. Mais si on la blesse elle se défend. »

Cette semaine dans les réseaux sociaux j’ai vu, tout comme vous j’en suis certaine, toute sorte de trucs passer au sujet de Fort McMurray.  Même un tweet comme quoi cet incendie était une conséquence du karma.

Peut-être (sûrement) est-ce épouvantable de parler de karma lorsque tant d’humains sont confrontés aux forces surhumaines du feu et de la nature en furie.  Mais en quelque part, karma it is.  Pas nécessairement, ni uniquement envers les citoyens de Fort McMurray et leur implication dans l’industrie du pétrole (industrie pour laquelle le bien-être de notre planète et de tout ce qui y vit prend le bord), mais bien pour tous les humains de cette Terre et cette fois, particulièrement pour les nord-américains et encore plus directement pour les canadiens.

On dit souvent que les ados se pensent invincibles et font des choix et des gestes dangereux parce qu’ils pensent que rien ne peut leur arriver.  Tout comme nos voisins du sud et bien d’autres pays cupides, le Canada est une nation adolescente, aveuglée par la chasse à l’argent et qui en perd tout sens de prudence et de respect.

J’en entend déjà qui soupirent.  Je vous calme le soupirage tout de suite.  Je n’ai absolument rien contre l’argent et j’aime et j’apprécie l’abondance autant que vous. L’argent est une énergie terrestre qui aide à matérialiser nos rêves et désirs.  Qui aide également à combler nos besoins.

Là n’est pas le problème.

Le problème n’est pas l’argent.  Le problème c’est une grosse, très grosse, gang de gens qui ont arrêté d’écouter leur coeur et leur gros bon sens.  Des gens qui vendraient leur mère si ils pouvaient faire de l’argent avec.  En fait, c’est EXACTEMENT ce qu’ils font!  Ils violent et vendent leur Mère, notre Mère à tous, celle qui est sous nos pieds.  Cette Mère qui nous héberge et nous nourrit est aussi la mère des grands fleuves, des océans, des arbres, des loups, des rivières sauvages, des minerais qui se cachent sous sa peau, du pétrole qui coule dans ses veines et de tout ce qui nous entoure ici, dans cette incarnation terrestre.

[Syncrude Aurora Oil Sands Mine, north of Fort McMurray, Canada.
C
rédit photo: Elias Schewel on Flickr

Curieusement, l’humain semble croire que le minerais et le pétrole qui se cachent sous la croûte de la Terre ont été mis là pour lui et qu’il peut consommer sans se questionner les nombreuses (qui sont de moins en moins nombreuses) ressources de notre Mère.

coupe à blanc

Je sais que je ne vous apprends rien.  L’homme rase les forêts, pollue les cours d’eau, tue les animaux et contamine l’air, comme si il avait oublié que tout cet équilibre était nécessaire à sa propre survie.

Coupe-de-bois-Lac-Normand-La-Deesse-Joyeuse

Nous sommes microscopiques et faibles face aux forces des éléments et de notre Terre. Nous sommes comme des enfants mal élevés qui pillent le garde-manger sans le consentement de leur mère et qui s’étonnent qu’elle se choque.

Je rêve du jour où CHAQUE homme et femme d’affaire va réfléchir avant de prendre des décisions, non pas uniquement pour son portefeuille ou celui de sa compagnie, mais aussi *surtout* pour la planète, pour les enfants qui vont suivre, pour le futur, pour les sept prochaines générations.

Je rêve du jour où chaque homme et chaque femme choisira consciemment d’utiliser sa puissance de choix de façon respectueuse pour cette planète qui nous porte depuis la nuit des temps.

Je rêve du jour où nous serons tellement en paix avec nous-même que nous calmerons notre appétit vorace et notre cupidité avant qu’ils nous mènent à notre perte.

2277183508_527d7d9629_b
Crédit photo: Caroline on Flickr

Je rêve.

En espérant que ce rêve devienne réalité…

coeur-la-deesse-joyeuse
Mariepierre

« Triste ironie dans l’Ouest canadien. Les feux de forêt qui ravagent actuellement la région de Fort McMurray, épicentre de l’exploitation des sables bitumineux, devraient être de plus en plus nombreux au cours des prochaines années, en raison des impacts des bouleversements climatiques provoqués en bonne partie par notre dépendance aux énergies fossiles. »  – Natasha Kanapé Fontaine

 

 

 

Fort McMurray et autres conséquences 2 de 3

Hier je vous partageais une photo prise lors de l’évacuation de Fort McMurray.  Cette photo m’a profondément touchée et m’a donné l’élan pour écrire cette série de trois articles.

Voici donc aujourd’hui le deuxième de trois.

Avant d’aller plus loin dans mon partage, j’ai une histoire à vous raconter.
Imaginons le scénario suivant:

Vous êtes propriétaire d’une magnifique maison où vous avez habité avec votre famille durant plus de quarante ans.  C’est vous qui avez choisis les boiseries travaillées de mains d’artisans chevronnés, les meubles de grande qualité et c’est vous qui avez travaillé à la sueur de votre front afin que le  terrain regorge de fleurs, d’arbres et de plantes que vous avez collectionnez et pris soin depuis plus de quarante ans. 

Malheureusement, vous devez quitter le pays et vous décidez, parce que cette maison vous tient à cœur et que vous rêvez de pouvoir venir y habiter de nouveau éventuellement, de louer et de confier votre domaine à une famille qui vous a été recommandée par un confrère de travail qui travaille avec les parents.  Éduqués, ingénieux et intelligents, ils sont tombés en amour avec votre propriété.  Vous êtes content parce qu’avec le coup de foudre qu’ils ont eu pour votre maison et son terrain, vous êtes certain qu’ils en prendront bien soin.  Vous avez mis tellement de temps et d’énergie afin de rendre votre propriété verte, accueillante et confortable…

Après de longs mois d’absence outre-mer, vous passez dans le coin et décidez de leur rendre visite.  Ce que vous constatez vous fige sur place. 

Photo par Mattdwen on Flickr

Non seulement ils n’ont pas pris soin de votre domaine, mais ils l’ont détruit.  Toutes les plantes et arbres ont été arrachés.  Toutes vos précieuses boiseries ont été utilisées pour alimenter les feux de camp du vendredi soir.  Vos meubles sont ruinés, sales, déchirés et brisés au-delà de la possibilité de les réparer.  La maison est dégoûtante, de nombreux murs sont remplis de trous, les rideaux sont en grande partie déchirés et partout la saleté et la crasse règnent en maîtres.  Vous êtes anéanti.  Vous vous promenez dans la maison, constatant que pièces après pièces l’ampleur des dégâts est la même.  Vous êtes furieux, et avec raison.  Tout en continuant votre inspection des lieux, vous décidez sur le champ que vous les expulserez le plus rapidement possible.

Rendu au bout du couloir du deuxième étage, vous arrivez à la dernière pièce, la petite chambre du fond.  Quelque chose vous semble différent.  Vous ouvrez doucement la porte et constatez qu’il s’agit de la chambre de la petite benjamine de cette famille.  Curieusement, sa chambre est magnifique.  Propre, bien entretenue, avec toutes ses boiseries intactes, ses meubles en bon état, etc.  Les questions se bousculent dans votre tête.  Vous vous apprêtez à refermer la porte quand vous entendez de petits pas derrière vous et une petite voix qui vous dit:  « Est-ce que tu la trouve belle ma chambre? » 

 17350683911_986df103a7_o
  Photo par Anaïs on Flickr

Vous ne savez trop quoi répondre à cette jeune enfant qui vous regarde.  Bien sûr que cette chambre est magnifique!  Mais comment se fait-il que c’est l’unique pièce de la maison qui soit dans cet état?  En parlant avec la petite fille vous apprenez qu’elle est la seule de sa famille pour qui les lieux où ils vivent et la responsabilité de l’état dans lequel ils les maintiennent ont de l’importance. Elle continue en expliquant que pour ses parents et ses frères et sœurs plus âgés, seul le gain immédiat et le bon temps instantané importent. 

Elle vous explique que les plantes ont été arrachées et vendues pour que ses frères puissent s’acheter un quatre-roues (c’est d’ailleurs ce qui a détruit la pelouse…); les arbres ont été coupés parce qu’ils faisaient de l’ombre qui empêchait ses sœurs de se faire bronzer; l’intérieur de la maison est dans cet état délabré parce que ses parents étaient trop occupés avec leur entreprise pour réaliser que leur petit paradis sur terre se dégradait à une vitesse de plus en plus folle, principalement à cause de trop nombreuses fêtes de débauche que les aînés organisaient. 

Mais vous, vous savez que curieusement, leur entreprise fleurit!  Vous comprenez qu’ils étaient tellement occupés à y veiller qu’il ne voyait plus leurs enfants et l’environnement dans lequel ils vivaient. 

En apprenant tout ça, vous vous êtes laissez glisser le long du mur et vous êtes là, assis par terre, sans mot.  Doucement la petite fille prend votre main et vous dit: « Je sais que vous allez nous demander de partir et c’est correct.  Je comprends.  C’est toujours ce qui finit par arriver quand nous louons une maison.  Mais c’est dommage, je l’aimais bien moi votre maison… » et sur ces mots, elle tourne les talons et détale. 

14778043937_b1eef44da5_o
By Freaktography on Flickr

La suite est facile à deviner.  Vous avez envoyez un avis d’expulsion aux parents qui ne semblaient pas comprendre ce qui vous mettait hors de vous comme ça.  Pour eux, tout ça se rebâtit, il n’est pas nécessaire d’en faire tout un plat… 

Quelques semaines plus tard, alors qu’ils viennent de quitter, vous retournez sur les lieux.  Plus rien ne sera comme avant.  Les dégâts sont trop grands…

Mais pourquoi vous raconter cette histoire?  C’est quoi le lien avec Fort McMurray?

C’est que nous les humains, du moins la grande majorité d’entre-nous, sommes les pires locataires que la Terre peut avoir.  On trouve ça horrible quand des catastrophes arrivent mais on a la fâcheuse tendance de se déresponsabiliser et de croire que nous n’avons rien à voir avec les colères de la nature.

Si la Terre était propriétaire et nous ses locataires, nous aurions déjà été expulsés non?

On tire son jus, on rase ses forêts et on tuent ses animaux, tout ça les yeux fermés.
Et ensuite on pleure quand elle se fache….

Pfffff….

J’en garde pour demain.  Pour le dernier article de cette série.

À+

coeur-la-deesse-joyeuse
Mariepierre

 

Fort McMurray et autres conséquences 1 de 3

Comme la majorité des canadiens, depuis mardi soir je vois circuler sur Facebook des articles et photos au sujet des feux de forêt de Fort McMurray en Alberta .  Je dois avouer qu’au premier post que j’ai vu mardi soir tard, j’ai passé tout droit.  Non pas parce que mon coeur est de pierre, loin de là, mais parce que la première association que je fais avec Fort McMurray est « sables bitumineux » et « forces humaines destructives assoiffée d’$ » et que je n’avais pas envie d’ouvrir cette porte.   Saviez-vous que Fort McMurray n’est pas officiellement une ville mais est plutôt considéré comme le cœur de l’un des principaux centre de production de pétrole du Canada (d’après fortmcmurrayonline.com). Comme un énorme camp de chantier…  :/

Mais je sais que c’est beaucoup plus que ça.  Mon coeur va aux humains qui ont dû quitter en catastrophe ce qui était leur quotidien.  Imaginez se lever un matin comme les autres, sans savoir qu’en fin de journée nous serons en fuite sur un autoroute, avec le feu aux fesses et la peur tout autour de nous.  On ne souhaite ça à personne, peu importe où ils habitent et comment ils gagnent leur vie.

Je ne mettrai pas de lien, ni de photos dramatiques parce qu’en googlant Fort McMurray sur internet vous serez servis.  Par contre, je choisis de partager cette photo, vue cet avant-midi sur Facebook.  Elle m’a profondément émue.

Peut-être est-ce le courage de cette jeune femme quittant Fort McMurray et ses flammes, à cheval parce qu’elle devait abandonner sur place son camion et son trailer. Heureusement, ils s’en sont sortis indemnes tous les quatre!

Je crois que c’est son courage, la confiance que les chevaux lui démontraient ainsi que leur grande vulnérabilité durant une épreuve si intense qui est venu me chercher.  Les chevaux (comme la majorité des animaux) sentent la peur lorsqu’elle est présente.  Pas difficile d’imaginer qu’au moment où la photo a été prise (par une dame qui quittait Fort McMurray en voiture) la peur, le stress et l’état d’alerte devaient être ultra palpables!

Mais peut-être aussi que c’est le symbole que cette photo représente pour moi qui m’a tant secouée…  Les chevaux représentent souvent les émotions.  Cette femme courageuse tenant en rêne ses émotions, les calmant assez pour qu’elles la suivent docilement…

C’était plus fort que moi.  Je devais vous la partager.

De plus, grâce à elle et à ce qu’elle a réveillé en moi, deux autres articles suivront celui-ci dans les prochains jours .

Et en attendant, force de pouvoir faire plus, faisons de la place dans nos coeurs pour hold space (tenir l’espace?) pour tous les humains et animaux touchés par ce gigantesque brasier.

Merci de faire rayonner votre lumière!

coeur-la-deesse-joyeuse
Mariepierre

 

 

Déposer avant de s’enliser

Depuis des mois j’avais l’impression trop fréquente d’être aux prises avec de grands questionnements sur ma vie, sur le futur de La Déesse Joyeuse, sur ce que la Vie avait en réserve pour moi et bien d’autres choses. J’avais l’impression d’être à la chasse aux signes et à l’inspiration.  J’avais même parfois l’impression que le lien de guidance qui m’avait aidé à donner vie à La Déesse Joyeuse s’était rompu.  Parfois je tentais de forcer les choses ce qui, naturellement, ne menait à rien.  Je me jugeais de forcer autant et me jugeais aussi de ne pas être dans l’action.  Mais ce brouillard me décourageait et me drainait.  Me faisait peur aussi.  Et si il continuait indéfiniment…

Mais la Vie avait d’autres plans pour moi.  Me morfondre dans le brouillard n’était pas un but en soi…

Heureusement, tard hier soir,  j’ai eu un flash (merci Manon Lavoie et l’atelier en ligne Revenir vers Soi ,suivi il y a un peu plus d’un an!). J’ai pris mon carnet de muse et j’y ai déposé tous mes questionnements sous forme de collage et de points d’interrogation. Pas dans un espoir de réponses, mais plutôt pour vraiment les poser en quelque part parce je n’en pouvais plus de les trimbaler avec moi.  Ils étaient rendus très très lourds à porter…

questionnements-la-deesse-joyeuse

Ben croyez le ou non, ce matin je me suis levée en forme et beaucoup plus légère et joyeuse! De plus, mes idées sont beaucoup plus claires, le focus est présent (merci à ma pochette Focus et Concentration!) et je sens que le printemps commence à s’infiltrer pour vrai!  Fiou!

Je suis toujours agréablement surprise de réaliser comment des gestes créatifs si simples peuvent avoir un si grand impact.  Yé! :

Le Jour de la Terre et de la Lune

22 avril 2016 – Jour de la Terre

jour-de-la-terre-la-deesse-joyeusePhoto par Kevin Gill

Bien sûr, tous les jours sont « jours de la Terre ».  Mais en cette journée où on en parle un peu plus qu’à l’habitude, je voulais prendre le temps d’exprimer ma gratitude.

Merci à cette magnifique planète qui nous héberge même si trop souvent nous sommes davantage parasites qu’invités modèles….  Mais heureusement les choses changent.  Un peu partout les gens s’éveillent et passent à l’action afin de faire une différence.

Rendons grâce pour tous ceux qui se sentent appelés dans leur vie, à guérir et protéger la Terre, par de petits et grands moyens.
Bénis soient les composteurs, les jardiniers, les éleveurs de vers et de champignons, les bâtisseurs de sols, ceux qui nettoient les eaux et purifient l’air, tous ceux qui nettoient les dégâts que d’autres ont fait.
Bénis soient ceux qui défendent les arbres et ceux qui plantent des arbres, ceux qui gardent les forêts et ceux qui renouvellent les forêts.
Bénédictions à ceux qui apprennent à guérir les prairies et renouveler les cours d’eau, ceux qui empêchent l’érosion, qui restaurent le saumon et la pêche, qui gardent les herbes médicinales et qui connaissent la tradition des plantes sauvages.
Bénédictions à ceux qui guérissent les villes et les ramènent à la vie avec enthousiasme, créativité et amour.
Gratitude et bénédictions à tous ceux qui se dressent contre la cupidité, qui risquent leur vie, qui ont été blessés ou qui ont donné leur vie au service de la Terre.
Que tous les guérisseurs de la Terre trouvent leur propre guérison.
Qu’ils soient alimentés par un amour passionné pour la Terre.
Qu’ils connaissent leur peur mais sans être arrêtés par la peur.
Qu’ils sentent leur colère sans toutefois être gouvernés par la rage.
Qu’ils honorer leur deuil mais sans être paralysés par la douleur.
Qu’ils transforment la peur, la rage et la douleur en compassion et en inspiration afin d’agir au service de ce qu’ils aiment.
Qu’ils trouvent l’aide, les ressources, le courage, la chance, la force, l’amour, la santé et la joie dont ils ont besoin pour faire ce qui doit être accompli.
Qu’ils soient au bon endroit, au bon moment et de la bonne façon.
Puissent-ils initier un grand réveil, ouvrir une oreille attentive afin d’entendre la voix de la Terre et de transformer le déséquilibre en équilibre, la haine et la cupidité en amour.
Bénis soient les guérisseurs de la Terre.    – Starhawk

jour-de-la-terre-la-deesse-joyeuse-moyan-brennPhoto par Moyan Brenn

Il y a tant de belles photos et vidéos qui circulent et que j’aurais pu choisir pour accompagner cet article.  Quelques-unes demandaient à y être.  Les voici donc!

Il y a la chaine de Earth guardians sur YouTube avec cette vidéo:  Indigenous Roots – We are all Indigenous to the Earth.  Comme quoi la jeunesse prend la relève avec courage et détermination!

Il y a aussi le classique de Diane Dufrene, Hymne à la beauté du monde, dont j’aime bien la version interprétée par Isabelle Boulay.  J’y aurais ajouté des photos plus grandioses, mais bon…

 

Et une petite vidéo rigolote de Suricate qui malgré tout est remplie de piste de réflexions…

 

De plus, ce jour de la terre est également, cette année, jour de pleine lune!!!!

Au cas où vous n’avez pas encore eu l’occasion de lire au sujet de cette pleine lune et de ce qu’elle nous offre, voici quelques-uns de mes liens préférés sur le sujet.  Bonne lecture!  🙂

Tout d’abord de l’inspirante Danielle Clermont de www.danielleclermont.com

Cette Pleine Lune sur l’axe Taureau-Scorpion met en lumière comment nous avons évoluer depuis le début de l’année. Elle permet aussi de faire des ajustements, si nécessaire, au niveau des nouveaux projets mis en place au début du mois.
Mais plus que tout, vu qu’elle coïncide avec le Jour de la Terre (qui a lieu chaque année le 22 avril) et avec le transit annuel du Soleil en Taureau (signe par excellence associé à Mère Terre Gaïa), cette PL est un heureux moment pour célébrer la nature, pour se connecter à la nature et/ou pour embrasser une cause environnementale.

Et de la magnifique Ozalee – Farah Sahbi publié chez Voyage au cour des astres

Qu’est-ce qui vous ronge? Qu’est-ce que vous ne supportez plus en dedans de vous? Cette pleine lune aux atours de douceur n’en reste pas moins bouleversante. Et entendez bien: boule versante. Ce qui a mûrit à l’intérieur de vous a besoin de sortir de vous. Cela peut se faire en douceur et avec l’envie de transmettre, de partager. Ou cela peut se déverser de vous sans que vous n’y pouvez rien, simplement car vous n’en pouvez plus. Cela dépend au final de l’honnêteté que vous avez envers vous-même. De ça, et de ce que vous avez fait de vos idées, de votre créativité depuis la dernière nouvelle lune.

Toutefois, nous en appelons à la bienveillance en cette période. Tout ce qui provient de vous est aimé et béni. Vous seuls en doutez quand vous jugez que vous avez trop de pensées. Vous seuls en doutez quand vous minimisez le moindre de vos changements. Ce n’est jamais assez, il y a toujours plus à faire. Alors oui, l’évolution vous pousse en avant, mais avant tout vers vous-même. Mais au delà de l’évolution il y a être. Il y a vivre.

Puis de la puissante Nadeije Athlan de Roue de Médecine qui nous présente la Lune-Je-Suis-Séparée-De-Toi

Cette lune nous donne l’occasion de travailler cette étape très importante de la séparation. Nous venons de vivre la fusion, le paradis terrestre où nous n’avions besoin de rien. Nous sommes venus au monde et cette fusion s’est prolongée un moment (dans le meilleur des cas, bien sûr). Maintenant les bras de maman sont « trop petits » comme l’était son ventre il n’y a pas si longtemps. Le monde nous attend!
Comment s’est vécu cette période pour nous?

Pour le savoir, observez ce qui se passe dans vos relations. Nous abordons nos relations de la même façon, en commençant par la fusion, le « nous » et le confort de trouver un(e) partenaire qui nous ressemble. Nous sommes pareils…et puis…ça change. Les petits travers que je trouvais mignons au début m’énervent. Il ne semble plus me comprendre…Elle a changé…je ne l’aime plus comme avant…il n’a plus de sentiments amoureux…il ne me devine plus…blablabla.

La « séparation » me fait prendre conscience de nos différences là où la fusion me ramenait à nos semblances.
Comment est-ce que je vit cette distance ? Suis-je capable d’apprécier nos différences? Ou bien est-ce que cela m’inquiète?
Est-ce que j’ai la nostalgie de la fusion? Alors je risque de rompre pour me perdre à nouveau dans une nouvelle fusion…

Alors voilà chers amis, je vous souhaite un merveilleux vendredi puissant ainsi qu’une fin de semaine lumineuse!

xo Mariepierre
coeur-la-deesse-joyeuse

La chanson de Bonnie

Comme promis hier, voici la toune qui a envahi mes oreilles et mon espace jeudi matin. La chanson grâce à laquelle j’ai pris conscience d’une autre piste de guérison en moi mais aussi la chanson qui m’a donné l’élan de vous partager hier cet exercice de contact avec soi que j’aime beaucoup.

Pour lire l’article d’hier où je partageais l’exercice cliquez ici!

Il s’agissait de la chanson Total Eclipse of the Heart de Bonnie Tyler.
Une chanson étrange avec une vidéo encore plus étrange. 😉

Une chanson qui faisait du sens en ce lendemain de pleine lune.
Une chanson de femme-louve…

Et vous? Quelle chanson avez-vous choisie pour faire l’exercice proposé?

coeur-la-deesse-joyeuse

Une chanson d’amour pour soi

Peu importe le genre musical qui nous touche, nous connaissons tous au moins une chanson d’amour (joyeuse ou triste) qui nous remue un peu plus que les autres.

feuille de musique par Jesse Kruger on FlickrPhoto par Jesse Kruger

Hier matin je me suis réveillée avec une chanson des années 80 dans la tête. Une chanson dont j’ai toujours aimé l’intensité et qui ne semblait vraiment pas vouloir me laisser tranquille.  Après avoir un peu ri de moi-même, je me suis offert un temps pour l’écouter en boucle, pour la chanter et pour la ré-écouter.  Puis pour écrire.  En ce lendemain de pleine lune, j’y ai puisé de beaux messages et une autre piste de guérison.

pleine lune par VinceFL on FlickrPhoto par VinceFL

En me couchant hier soir et en remerciant la Vie pour la journée qui s’achevait, j’ai pensé à vous, à comment cet exercice musical pourrait surement être utile à d’autres.  Je me suis dit que je vous le partagerais.

Alors aujourd’hui, j’ai un petit exercice pour vous.

Un exercice qui permet d’en savoir un peu plus sur ce qui se passe en soi.

Un exercice qui met de la lumière sur la relation présente entre notre femme et notre homme intérieurs.

Un exercice qui ne prend que quelques minutes.  Le temps d’une chanson! 😉

écouteurs par Tal Atlas on FlickrPhoto par Tal Atlas

C’est tout simple.

Premièrement, identifier LA chanson qui vous remue le plus.  Il peut aussi s’agir de celle que vous vous surprenez à fredonner sans trop savoir pourquoi, celle qui vous trotte dans la tête sans relâche depuis quelques jours ou celle qui vous donne envie de la chanter avec émotion à chaque fois que vous l’entendez.  Bref, la chanson d’amour (ou de colère) qui vous touche le plus présentement.

Deuxièmement, trouvez une façon de l’écouter.  Si vous avez le cd ou le fichier mp3 vous êtes en business.  Sinon, vous pouvez peut-être la trouver sur YouTube ou ailleurs sur le net.

Troisièmement, une fois votre chanson trouvée, assoyez-vous tranquillement et prenez le temps de vraiment l’écouter.  Ressentez-là.  Vous pouvez même poussez l’audace jusqu’à vous la chanter à voix haute en vous regardant dans le miroir! Vous allez voir, c’est puissant!  Cette fois, en écoutant la chanson, au lieu de la voir comme un message/demande/offrande qui part vers quelqu’un d’autre, voyez là comme une chanson s’adressant de votre femme intérieur à votre homme intérieur, ou vice-versa.  Sentez ce qui demande à être exprimer au cœur de votre couple intérieur.

Écouter votre chanson avec cette optique vous ramène dans votre pouvoir.  Au lieu de donner à l’autre le poids de votre peine/votre manque ou de lui donner le crédit de votre bien-être, vous vous le réappropriez.

Sentez ce qui monte.  Observez comment vous vous sentez.

Sentez comment ça part de vous.

« Own it! »

Et une fois bien réapproprié, une fois le message bien reçu et compris, si vous en sentez le besoin, rien ne vous empêche de l’irradier vers votre tendre moitié présente, passée ou future car en fait, votre amoureux ou amoureuse n’est-il/elle pas le reflet de cette partie de vous?

C’est un exercice à refaire souvent.  À chaque fois que vous sentez une chanson vous rejoindre de façon particulière…

Bonne écoute et bonne découverte!

coeur-la-deesse-joyeuse

PS :  Pour les curieuses et curieux, demain je vous partagerai la chanson qui s’est offerte à moi jeudi matin. 😉

Gratitude réchauffante

Il y a quelques jours, lors d’une fin de journée où j’étais sur le chemin du retour vers la maison, une grande bouffée de gratitude m’a envahi.  Avec les temps qui courent, je me suis dit que de la partager pourrait faire du bien à certain…

Cette bouffée de gratitude était tellement puissante que je n’ai pas eu le choix de m’arrêter sur le bord du chemin pour noter les grandes lignes de ce qui montait en moi. Voici ce qui en est ressorti.

couche-de-soleil-gratitude-la-deesse-joyeuse

Je suis remplie de gratitude.

Gratitude pour la lumière bien particulière de cette fin de journée d’automne, ce même automne qui s’étire et qui repousse l’hiver encore un peu.  Double gratitude!

Gratitude pour les magnifiques couchés de soleil qu’il nous offre.

Gratitude aussi pour les chemins de terre sur lesquels je voyage souvent en solitaire et qui m’offrent leurs magnifiques paysages ainsi que l’impression de voyager hors de la folie « métro-boulot-dodo ».

Gratitude pour mes heures de travail flexibles qui permettent à la Vie d’orchestrer plus facilement mes journées.

Gratitude pour mon intuition qui est toujours présente, même lorsque le doute m’envahit…

Gratitude pour la musique qui m’accompagne en cette fin de journée et qui amplifie la magie du moment.

Gratitude pour les noix crues et le cuir de fruits maison que j’ai apportés avec moi comme collation et qui permettent à mes papilles gustatives de se joindre à la jouissance du moment.

Gratitude pour ma vie;
pour mes enfants heureux, en santé et vibrants d’intensité;
pour mes parents au grand coeur;
pour mes amies et amis;
pour ma maison qui me ressemble tellement;
et pour bien d’autre choses encore…

Gratitude.

Et vous?  Votre liste de gratitude aurait l’air de quoi?

coeur-la-deesse-joyeuse

De mort et de vie

Novembre.

Mois qui nous rappelle que l’hiver est à nos portes.

Mois des morts.  Mois des deuils, petits et grands.

Mois qui me rappelle aussi à quel point les mois se succèdent à une vitesse folle. D’ailleurs, je profite de ce billet pour vous offrir quelques unes des photos que j’ai prises dans un paisible et ressourçant petit cimetière que j’ai découvert lors d’une balade d’automne il y a quelques semaines.  J’avais l’intention d’y consacrer un billet complet mais aujourd’hui il me semble plus cohérent de les insérer ici. Qui sait, peut-être vous en reparlerai-je suite à une prochaine escapade photo!

pierre-tombale-la-deesse-joyeuse

Toujours est-il que ce novembre 2015 me rentre dedans.   Il me fait penser à un parent exigeant mais bienveillant.  Un parent qui nous pousse sans répit à évoluer, à muter, tout en nous soutenant et nous offrant de puissants cadeaux.  L’été des indiens tardif qu’il nous offre n’est-il pas un de ces cadeaux significatifs?  Un rappel que la lumière et la chaleur peuvent se pointer le nez même au moments où on s’y attend le moins!

Ce novembre c’est comme si Dame Nature nous offrait une autre occasion de faire le plein de lumière, de soleil et de chaleur avant l’arrivée des journées plus courtes, de la grisaille et des températures plus froides.

cimetiere-la-deesse-joyeuse

Dans la Roue de Médecine des traditions autochtones, le Nord représente l’hiver, l’esprit, le repos, la mort et le lien à nos ancêtres.  Un espace qui peut parfois faire peur parce qu’on ne se permet pas souvent d’y mettre les pieds mais un espace tellement nécessaire…

En cette période « fin d’automne » tout autour de nous nous inspire à imiter la nature qui, après un été rempli d’abondance, de richesses et de stimuli pour les sens, ramène sa vitalité vers l’intérieur en préparation pour l’hiver tout en continuant de nous gâter par la beauté de sa métamorphose.

19octobre2015260

Le rythme de vie effréné que tente de nous imposer notre société ne nous permet pas vraiment de profiter pleinement de cette saison de préparatifs vers l’hibernation… Pourtant, les heures de lumière diminuent et les nuits s’allongent, qu’on le veuille ou non… À cette période où nous devrions pouvoir ralentir notre rythme ou du moins nous préparer en fonction de ce ralentissement imminent, nous ramons plutôt à contre courant, grognant contre les journées qui raccourcissent et la température qui baisse, essayant de continuer comme si de rien n’était, comme si les cycles de la nature ne nous concernaient pas.

D’ailleurs, il n’est pas surprenant que les rhumes reprennent du terrain à ce temps-ci de l’année, tentant tant bien que mal de nous ralentir, de nous AIDER à ajuster notre rythme personnel à celui de la nature.  D’arrêter de combattre et de forcer la cadence… automne-et-cimetiere-la-deesse-joyeuse

La fin de l’automne est également un moment propice pour évaluer si ce que nous transportons dans notre baluchon personnel nous convient encore.  Prendre le temps d’ouvrir notre baluchon et d’en faire l’inventaire avant de tout rentrer ce qu’il contient dans notre caverne.  Prendre contact et observer tous ces rêves, intentions, relations, engagements et changements de Vie que nous avons choisis dans les derniers mois/années et se permettre de vérifier s’ils nous conviennent encore.  Peut-être certains d’entre-eux peuvent être libérer et retourner à leur état sauvage?

Permettons-nous de ne garder que ce qui nous convient vraiment.  Uniquement ce qui nous nourrit et nous donne envie d’ouvrir notre coeur et nos bras encore un peu plus grands.

Peut-être aussi commencer à penser à ce qui fera de notre hiver un temps de ressourcement encore plus soutenant et nourrissant…

On s’en reparle.  Bonne réflexion!

coeur-la-deesse-joyeuse