Jour 16 – Doutes et souplesse

Jour 16 de ce défi 31 jours de vlog quotidien.

_MG_4399 watermarked

Comme vous le savez, ce n’est souvent que le lendemain que je fait le montage de mes vidéos et que je rédige le texte les accompagnant.  La majeure partie du temps je le fais le soir même, mais parfois ça va aussi au lendemain, comme c’est le cas pour ce jour 16.
À ce moment, je peux me retrouver devant un défi de taille, soit de mettre en ligne ma vidéo même si j’ai l’impression, au lendemain du tournage, que ce dont je vous parle me semble déjà décalé de ce que je vis au moment d’écrire ces lignes.

Ce n’est parfois pas si ardu, mais aujourd’hui plus que jamais, j’hésite avant de vous le mettre en ligne.  Honnêtement… je n’hésite pas parce que je sens bien que tout est parfait et si j’ai dit ce que j’ai dit hier c’est que c’était ce qui avait besoin de circuler.  Mais avec ce que j’ai vécu ce matin (et le fait que cette vidéo dure 10 minutes), il m’aura fallu un long moment de réflexion avant de lâcher prise et de la publier.

Je suis toujours surprise de découvrir au fur et à mesure que je vous parle ce qui émerge comme sujet et/ou comme prise de conscience.  Parfois, comme dans cette vidéo, j’ai l’impression de déraper, de m’éloigner du sujet, pour me rendre compte en bout de ligne que non seulement tout se tient debout mais que tout est parfait.

Je vous offre donc cette 16ème vidéo avec beaucoup d’humilité.

Bon visionnement…

4 réflexions au sujet de « Jour 16 – Doutes et souplesse »

  1. C’est donc ben le fun….je réfléchissais justement à la structure que j’utilisais il y a quelques années et qui me rendais souple et vibrante….Chaque domaine de vie était dessiner avec des projets à l’intérieur qui exprimait des valeurs, des intentions et des vibrations choisit. Les objectifs étaient déclaré avec une date, une limite dans le temps. Comme des circonstances font toujours surface et que c’est jamais comme on le prévoit, et pour ne pas devenir rigide et plutôt jouer avec la vie on ajustais toujours le comment réaliser nos objectifs sans perdre la cible ainsi que la date de réalisation. Notre ‘GPS » servait de guide et même si la vie tourbillonnais de tout côté, la danse de notre vie devenait un tableaux parfait de nos réalisations sans la pression du temps et surtout pas linéaire. Bref….je me rappelle que la joie était vraiment très présente, le prendre soin de soi aussi et un réel sentiment de faire arriver toute ma vie….Merci de m’aider à nourrir mes questions et surtout quel bonheur que d’avoir les mêmes en même temps….

    • C’est comme cheminer en équipe! 🙂
      J’aime beaucoup comment tu décris cette structure! J’ai fait un copié-collé de ton commentaire pour venir le relire quelque fois! Très complémentaire que de lire ta démarche en tes mots. J’ai le feeling que ça vient nourrir la mienne! Merci!!!! 🙂

  2. C’est comique parce que moi aussi je suis une fille très organisée, mais qui (comme toi) a besoin de grande liberté. Je pense qu’allier structure et souplesse est très faisable, voire bénéfique.

    Tu vois, mon travail de 9 à 5 m’impose cette discipline de structure, sans toutefois me permettre des moments de liberté. Si disons une journée, je ne file pas pour accomplir une tâche particulière, eh bien, j’ai pas le choix, je dois l’exécuter. Deuh! Et je sens, de plus en plus, que cette « structure » va à l’encontre de ma nature profonde. Bon, assez parlé de moi… 😉

    Pour revenir à ton propos, je trouve l’idée d’entreprendre une certaine structure, entremêlé de liberté, comme une heure ou deux par jour à te consacrer à ton projet, est tout à fait génial. Te fixer un plan, sans qu’il soit trop rigide, tout en écoutant ton « GPS », ta voie intérieure, peut être fort profitable. D’ailleurs, quand on se lance en affaire c’est un must, à mon avis. Je crois que c’est la bonne « recette ».

    Se permettre du temps pour soi aussi, des moments libres, où nos pensées peuvent divaguer et récolter l’inspiration lorsqu’il vole au-dessus de notre coco.

    En fait, ça me fait penser au cycle de la créativité décrit par Anne-Marie Jobin, au début, il y a l’étincelle, la naissance, le point culminant, puis la mise en branle de l’idée, l’action, et pour finir le déclin et la mort… Et on recommence!

    Allez, bonne continuation! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *